Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 15:38

O voyageur contemple ta souffrance

 

La Mort ...

Qu’importe !

 

Que demain, les germes de la vermine

Craquent au miroir de la conscience.

 

Ô voyageur contemple

Ta souffrance,

Elle est là

Pour abuser ton cœur.

 

Ô volupté du chaos

Murmure sublime,

Écume du déluge,

Vierge de toute humanité

Au marbre humide des linceuls…

Partager cet article

Repost 0
Published by humanimalites
commenter cet article

commentaires

josée 06/03/2012 16:57


Je ne peux pas participer à la conversation mais l'image est très parlante. Il me semble que tu évolues vers une plus importante figuration, -techniquement parlant-.

humanimalites 06/03/2012 19:19



Le  figuratif est parfois plus visible, mais jamais tout à fait
absent enfin il me semble du moins j’essaie, mais tu connais cela bien mieux que moi. J’aime aussi décomposer l’image pour n’en garder que certaines structures, mais j’ai énormément de perte que
je ne publierais certainement jamais.



Anne Hecdoth 03/03/2012 07:28


Et le jour s'illumine soudain.

humanimalites 05/03/2012 11:33



Chaque jour, dès potron-minet, des voyageurs venus négocier pour le compte d'explorateurs de
l’inconscience, tentent d’y voir plus clair, et le jour illumine soudain les abysses des ténèbres de l’humanité.



aiolos 02/03/2012 19:42


Le succube verdâtre et le rose lutin... J'aime !

humanimalites 05/03/2012 10:24



Le succube


 


Toute mie, onduleuse et le torse vibrant,
La fleur des lupanars, des tripots et des bouges
Bouclait nonchalamment ses jarretières rouges
Sur de très longs bas noirs d'un tissu transparent,

Quand soudain sa victime eut ce cri déchirant
"Je suis dans un brouillard qui bourdonne et qui bouge
Mon œil tourne et s'éteint ! où donc es-tu, ma gouge ?
Viens ! tout mon corps tari te convoite en mourant !"

A ces mots, la sangsue exulta d'ironie :
"Si tu veux jusqu'au bout, râler ton agonie,
Je t'engage, dit-elle, à ménager ta voix !"

Et froide, elle accueillit, raillant l'affreux martyre,
Ses suprêmes adieux par un geste narquois
Et son dernier hoquet par un éclat de rire.


 


Maurice
ROLLINAT   (1846-1903)



Marc 01/03/2012 10:04


Sombre, et pourtant tellement lumineux dans son éclat morbide!

humanimalites 01/03/2012 11:28



La dualité entre l’ombre et la lumière, peut surprendre mais Il n'est pourtant pas difficile
de comprendre que l'ombre et la lumière sont complices comme la vie et la mort et cela que l’on se place d’un point de vue philosophique ou psychanalytique. L’opposition
lumière-ténèbres constitue un symbole universel. Qu’est-ce que l’ombre ? Une interception de la lumière, par un « objet » physique ou mental. L’ombre est en quelque sorte la
transfiguration de la lumière d’une pensée d’un objet etc. Pour faire bref un simple point de vue, une culture, une orientation peuvent transformer un « objet ».


Bienvenue dans l’antre de la bête humaine.


 



telos 29/02/2012 21:25


oui j'avais lu sur le côté de votre blog..je vous prie de m'excuser...de ma piètre qualité.

humanimalites 29/02/2012 21:33



Nul n'est piètre, chaque individu à sa valeur irremplaçable. Nous sommes tous nul et génial à la fois.


« Au moment de jeter dans le flot noir des villes
Ces choses de mon cœur, gracieuses ou viles,
         Que boira le gouffre sans fond,
Ce gouffre aux mille voix où s’en vont toutes choses,
Et qui couvre d’oubli les tombes et les roses,
         Je me sens un trouble profond. »


                              
Banville



telos 29/02/2012 19:14


la mort n'est qu'un changement d'état..on ne sait pas comment cette gueuse nous prendra.alors..mais la souffrance physique est une atteinte à notre liberté..je ne la connais pas mais je la sais
lancinante épuisante..je n'ai pas qualité pour apprécier vos textes..


je dissocie donc votre encre de ces mots.. et je trouve un visage doux lumineux  féminin rebelle à..sans amertume..


j'aime la transparence  de vos encres et votre geste..

humanimalites 29/02/2012 20:03



Il est vrai que ce n’est qu’un changement d’état, de vivant ont devient cadavre…  pour le reste nous
verrons bien le moment venu. 


Sur mon blog je retrace l’histoire réinventée de l’arche de Noé. Cet immense massacre que fut le déluge,
toutes ces vies sacrifiées, sur l’autel de la « Bonté ».


 Tous souffrirent les sacrifiés comme les « élus » qui
durent être frappés du syndrome de Stockholm etc… etc…  Mes textes peut-être sont-ils parfois trop hermétiques, mais ils sont indissociables de mes
encres. Même si celles-ci peuvent être vues et interprétées seules et c’est tant mieux chacun peut y trouver selon sont ressenti.


 Dans la contemplation de la souffrance il y a une compassion
d’où cette douceur lumineuse peut-être.



Hécate 29/02/2012 18:56


" Malheur ,cette indicible faute que ce coeur nous révèle ....Le front pourpre ,il s'en alla dans les marais et le courroux de Dieu fustigeait ses épaules de métal..." ( Georg Trakl
)


Comment ôter le poids des linceuls ? Comment anéantir cette conscience affamée qui dévore l'être à certaines heures, plus mortelles que la mort elle-même !....

humanimalites 29/02/2012 19:20



Armé des flancs déchirés de la terre qui le vit naître sous les flots d'un carnage récent, le tumulte s'étend
au loin, il lui faut la foudre pour éclairer la nuit diluvienne.  Il voulut mettre à mort le seul bourreau de tant de victimes, le
sacrifice ne vient pas apaiser le courroux, mais apaise la conscience de l’homme.  



Présentation

  • : Humanimalités
  • Humanimalités
  • : Histoire revisité de l'Arche de Noé et autres peintures
  • Contact

Archives